Comment fonctionne la langue des signes française (LSF) ?

Si vous venez de découvrir la langue des signes, vous pouvez avoir l’impression que la seule chose à faire est d’apprendre les gestes pour représenter les mots français. On traduirait alors littéralement le français, en remplaçant chaque mot de la phrase par un geste. Erreur ! La langue des signes française (LSF) est visuelle, en 3D, et donc très différente des langues orales. Pour beaucoup de personnes qui apprennent cette langue, la grammaire de la LSF est l’un des points les plus intéressants : en langue des signes, on fait vivre l’histoire !

Pas juste des mimes

Je vous en ai déjà parlé dans l’article la langue des signes est-elle universelle ? – les signes ne sont pas tous inspirés par les mimes. Il existe 3 types de signes :

  • Signes iconiques, c’est-à-dire inspirés par le mime : par exemple, une vague pour la mer. Ces signes sont bien pratiques et facilitent la compréhension quand on ne connaît pas bien la LSF, mais pour représenter des idées ou des concepts, c’est plus compliqué que ça !
  • Signes inspirés du français, qui reprennent souvent la première lettre du mot : par exemple « Vérité » se signe en faisant un « V » avec ses doigts, qu’on vient poser sur son autre main à plat, paume vers le haut
  • Signes inventés – tout le reste !

Beaucoup de signes ont une logique : par exemple, le signe « année » se représente avec les deux mains en forme de poings : l’une reste fixe, et l’autre fait un tour autour de la première (voir une vidéo du signe sur le dictionnaire Elix). Pourquoi ? Parce qu’on représente la Terre qui fait un tour autour du Soleil !

Un signe, c’est plus qu’un geste

On ne parle pas de « geste » mais de « signe », et il y a une bonne raison pour ça : 5 paramètres représentent un signe :

  • Configuration de la main : poing fermé, main à plat, doigts en V,…
  • Orientation de la main : tournée vers le haut, face à l’interlocuteur, face à soi,…
  • Mouvement : un signe est dynamique, et ça compte ! On peut plier un doigt, tourner la main, la lever… Par exemple, le même geste, vers l’avant ou vers l’arrière, peut dire 2 choses différentes : l’année prochaine (signe vers l’avant) VS l’année dernière (signe vers l’arrière)
  • Place du signe dans l’espace : encore une fois, des signes quasi-identiques mais situés respectivement au niveau de son épaule, de sa hanche, ou de sa poitrine peuvent vouloir dire des choses qui n’ont rien à voir !
  • Expression du visage : on touche au paramètre le plus difficile pour les entendant·e·s qui apprennent la langue des signes. Quand les sourd·e·s ont du mal à comprendre un·e entendant·e ou disent qu’une personne a « un accent entendant », c’est souvent ce point qui est en jeu. L’expression du visage fait partie intégrante du signe : si vous réalisez le bon geste, avec le bon mouvement, et la bonne position dans l’espace, mais sans l’expression du visage, c’est un peu comme si vous prononciez un mot en français sans les consonnes !

Clés de la grammaire LSF : une scène en 3D

Vous le savez, la langue des signes est visuelle. Ça nous permet d’échapper à quelques difficultés des langues orales : déclinaisons, genre des mots, conjugaison des verbes… Mais pour structurer son discours, on a besoin de grammaire !

Une des grandes richesses de la LSF est d’être en 3D. C’est aussi ce qui la rend difficile à apprendre pour des personnes qui n’utilisent que des langues orales, avec une représentation « linéaire », à travers des phrases sujet + verbe + complément. Quand vous aurez compris la grammaire LSF, vous aurez l’impression que le français oral est plat !

La langue des signes s’exprime en 3D

En LSF, c’est comme si on était au théâtre ! On situe les personnages dans l’espace, on les montre se parler, on se met dans la peau de chaque personnage. Bref, on vit l’histoire !

Une super chaîne Youtube propose des histoires en LSF : Colibri Histoire en LSF. J’y ai trouvé une petite histoire de 5 minutes en LSF, avec une voix-off en français :

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais à mon avis, c’est beaucoup plus drôle d’avoir des parents qui racontent une histoire en LSF plutôt qu’en français !

On voit beaucoup d’aspects importants dans la grammaire LSF dans cette vidéo, par exemple :

  • Les placements dans l’espace : un point pas facile à apprendre pour les entendant·e·s – tout a une place bien précise. Dès le début de l’histoire (à 0’27), la conteuse ne dit pas face caméra « il y a 3 chats » ! Si on traduisait littéralement, elle dit « il y a 1, 2, 3 petits chats », ce qui lui permet de montrer le 1er chat à sa gauche, le 2ème devant elle, et le 3ème à sa droite. Pendant tout le reste de l’histoire, vous voyez qu’elle garde ces positions, et c’est essentiel pour la bonne compréhension. Quand elle parle des 3 bassines (à 0’52) comme des 3 bols de lait (à 1’55) elle les place aux mêmes emplacements que les 3 chats, ce qui montre qu’ils en ont un chacun.
  • Les transferts : quand elle représente les paroles du narrateur, elle signe face caméra, alors que quand la maman parle (à 1’18 par exemple, quand elle dit « oh, pardon »), son regard est face aux chats qu’elle a placé précédemment. Ça lui permet de prendre différentes « voix » et de se mettre dans la peau des différents personnages.

Bien sûr, on ne parle pas au quotidien comme lorsqu’on raconte un conte mais… vraiment pas loin ! La syntaxe en LSF suit l’ordre suivant comme une mise en scène :

  • Quand ? On situe la scène dans le temps. Par exemple : « un soir en novembre »
  • Où ? On plante le décor : « au travail, où il y a mon bureau là, face à la fenêtre et la salle de pause à côté »
  • Quoi/qui ? On place les personnages ou le sujet de l’action dans le décor : « je suis assise à mon bureau, ma chef est dans la salle de pause, mon collègue est debout à côté de moi »
  • Faire quoi ? Enfin, une fois que le décor est planté et les éléments et les personnages placés, on explique les actions entre eux : « mon collègue s’approche de ma chef et lui demande quelque chose d’incroyable ! »

Conjugaison en langue des signes ? La ligne du temps

Joie : la langue des signes n’a pas de conjugaisons, pas de déclinaisons ! Les verbes n’ont qu’une forme. En français, on dirait qu’ils sont tous à l’infinitif. Mais bien sûr, les sourd·e·s ont aussi besoin d’expliquer la chronologie des évènements.

Commençons par la partie simple : pour indiquer facilement qu’on parle au futur ou au passé, on peut inclure un signe de temps : après/avant/hier/demain/récemment, etc. On utilise aussi un outil magique : la ligne du temps.

Cette ligne invisible est perpendiculaire à soi :

  • Derrière l’épaule : passé
  • Au niveau de son corps : présent
  • Vers l’avant : futur

Donc si je fais le signe « dimanche » vers l’arrière de mon épaule, je veux dire « dimanche dernier », alors que si je le fais vers l’avant, je parle de dimanche prochain.

Voici une vidéo de Sign Events Revision qui présente quelques signes utiles pour exprimer la chronologie :

Verbes directifs en LSF

La représentation des verbes directifs, c’est un autre point possible grâce à une langue 3D : ce sont les signes dirigés d’une personne vers une autre. Voici quelques exemples de verbes directifs :

  • Téléphoner
  • Demander
  • Accuser

Pour dire « je vous téléphone », je vais faire le signe « téléphone », en bougeant ma main de moi vers vous. Vous me téléphonez ? Même signe, de vous vers moi. Je lui téléphone : toujours le même signe, de moi vers le côté (où on imagine que pourrait être une 3ème personne).

Avec les verbes directifs, on comprend d’autant plus l’importance de bien placer les personnages au début de son discours : dans mon exemple un peu plus haut, si je n’ai pas placé mon collègue et ma chef dans l’espace, ça va être bien plus compliqué d’exprimer que mon collègue a demandé quelque chose à ma chef, et pas à moi !

La LSF est une langue très riche. C’est bien plus qu’un mime, et bien plus qu’une suite de signes. C’est une langue visuelle, en 3D, ce qui apporte beaucoup d’originalité pour un·e entendant·e. Dans cet article, vous avez appris :

  • Les différents types de signes : iconiques, inspirés du français, inventés
  • Les paramètres d’un signe : configuration de la main, orientation, placement, mouvement, expression du visage
  • Les bases de la grammaire en LSF : syntaxe, ligne du temps, verbes directifs.

La langue des signes est très différente de la langue orale, et il vous reste plein de choses à découvrir, comme les classificateurs, les signes de temps propres à la LSF,… Ce sera pour un prochain article !

N.B : L’image utilisée en en-tête de cet article vient d’un blog-BD génial, que je vous recommande mille fois : That Deaf Guy – n’hésitez pas à visiter son site ou sa page Facebook !

Léa

Léa

Je suis passionnée par la langue des signes et la culture Sourde. J'apprends (et pratique autant que possible!) la langue des signes française (LSF) depuis plusieurs années. J'espère vous donner une introduction à la culture sourde et vous donner envie d'apprendre la LSF !

2 réflexions sur « Comment fonctionne la langue des signes française (LSF) ? »

    1. Bonjour Marielle, un grand merci pour votre commentaire et pour votre bonne question !

      Les bases peuvent s’apprendre assez rapidement : on commence souvent par la dactylogie (c’est-à-dire l’alphabet en LSF, pour pouvoir épeler des mots dont on ne connaît pas le signe), puis les premiers signes. En quelques semaines ou quelques mois, on peut déjà bien remplir son vocabulaire ! La partie qui prend un peu plus de temps est de pouvoir intégrer la grammaire, et cette manière de s’exprimer en 3D.

      Si vous voulez prendre des cours pour les premières bases, vous pouvez envisager de viser le niveau A1.1 (30h de cours), qui vous permettra de connaître les premiers signes, savoir vous présenter, avoir une conversation question/réponses simple. Un apprentissage de ce type peut se faire sur plusieurs mois en cours du soir, ou bien en cours intensif en 1 semaine !

      J’ai rédigé un article sur l’apprentissage de la LSF (que ce soit de manière autonome ou avec des cours), qui pourra peut-être vous donner quelques pistes : Comment apprendre la langue des signes française et progresser rapidement ?

      J’espère que ça pourra vous servir!

Répondre à Marielle JEANPIERRE Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page